Texte de Georges Quidet

galerie HCE

A propos de l'exposition :

" X Chants orphiques pour la Nature"

Curateur Gastineau Massamba Maminah

exposition collective : Anais Charras, Sara Danguis, Mohamadou Diop, M'Baye Habib, Aurélie Man, Catherine Olivier, Sylvie Pohin, Eizo Sakata, Balyc Shako, Yuri Zupancic,, Barthélémy Toguo

 

Avec la pyrogravure sur carton Catherine Olivier a trouvé le médium pour associer l’incise, la morsure, l’entaille de la pointe de feu et la douceur, la caresse du pinceau, pour unir les contraires, assurer leur fusion. Le feu brûle, mais il laisse aussi ses traces vacillantes sur les surfaces qu’il a éclairées. Il chauffe et déforme les images qui se recroquevillent comme du papier en flamme, durcit les traits et fond les apparences dans des formes roboratives. Les dessins constituent un ensemble étrange et très personnel,  unifié par une gamme de couleurs sépia et nimbé dans la patine du temps, comme des archives d’un monde irréel.

Yeux fermés III  pyrogravure sur carton  31x40cm 2019

La main s’aventure dans cette rêverie du feu, « les yeux fermés », dans un monde qui pourrait être celui d’Empédocle, où le feu manifeste son affinité avec les autres éléments qu’il pénètre pour créer et recréer le monde. Il devient eau, milieu liquide où tout se met à flotter, se glisse dans la méduse dont le contact peut brûler. A travers les flammes les choses sont affectées d’un léger tremblement, comme si elles se mettaient à vaciller, comme si elles retrouvaient leur être d’air et de souffle, ou l’épaisseur et la solidité de la terre. Le feu passe sur le  dessin qu’il fragilise et enfièvre, dont il ravine et creuse certains sillons et dont  surtout il laisse des empreintes à la surface, fluides et frissonnantes de sens, qui conservent la chaleur, la légèreté de l’ébullition qui les a laissées là. Le feu passe comme il est passé un jour sur la maison de son enfance, qu’il a complètement détruite, ne laissant que le « rien » à apprivoiser.

  

Avec cet outil en main Catherine « brûle », non au sens où elle s’enflammerait, mais comme on dit « brûler » dans un jeu : elle s’approche des secrets orphiques de la nature et de son érotique cachée, qu’elle laisse frémir en toute transparence à la surface des images auxquelles la pointe de feu vient de donner une autre présence. Hegel décrit l’homme grec de l’Antiquité interrogeant avec passion et sans relâche le frisson de la nature qui se manifeste dans le bruissement des éléments, des feuillages, des sources, du vent, pour y percevoir le dessin d’une intelligence. Le dessin au feu de Catherine reprend un dessein semblable, il tend vers le souffle ou la tension des images mises en scène, vers ce qu’elles appellent. Les traces de la pyrogravure opèrent comme des conducteurs d’énergie graphique, font glisser silencieusement les images dans d’autres espaces.

 

La série « les yeux fermés » est particulièrement  suggestive sur le passage  des images dans d’autres univers. Elles bougent au gré des tropismes brésiliens qui inclinent l’artiste  dans le moment présent. La méduse qui nait de la brûlure du carton se met à flotter dans la langue polysémique de l’eau. C’est de l’eau sculptée en forme de cloche avec des tentacules, une ombrelle translucide qui évolue entre les profondeurs du « ça » aqueux et la clairière de lumière, dans la langue brésilienne de Clarice Lispector. Elle est « agua viva », eau vive et c’est ainsi qu’elle vit  en portugais. Elle a perdu le pouvoir de méduser qu’elle avait dans la mythologie grecque, mais emporte tout ce qu’il y a de fascinant dans l’eau vive, la vie et la production des vies, la respiration des êtres vivants et les vibrations qu’ils dégagent

Dans une autre version des « yeux fermés » c’est l’érotique du pied nu  au contact de la nature qui se met en scène dans les empreintes du feu. D’un côté l’architecture vigoureuse de la feuille avec ses nervures, ses sillons d’énergie profondément creusés et de l’autre la corne d’un animal avec ses invraisemblables enroulements, ses plissements,  ses forces d’expansion rapides, tout ce qui tend à assimiler la corne à une forme érectile. L’anglais avec son « horny » ne s’y trompe pas…La plante des pieds est connectée par ses lignes à tous les émois sensuels du corps et s’ajuste à ceux de la nature, et ça marche, ça marche bien.

Yeux fermés II pyrogravure sur carton 31x40cm 2019

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now