Où j'habite

« Je n’ai jamais revu par la suite cette étrange demeure. Telle que je la retrouve dans mon souvenir au développement enfantin, ce n’est pas un bâtiment ; elle est toute fondue et répartie en moi : ici une pièce, et ici un bout de couloir qui ne relie pas les deux pièces, mais est conservé en moi comme un fragment. C’est ainsi que tout est répandu en moi, les chambres, les escaliers …dans l’obscurité desquels on avançait comme le sang dans les veines. » Rilke Les cahiers de Malte Laurids Brigge

Où j’habite somme des résultats, souvenirs et projections, constat et réalité sublimée. Suffisamment vaste pour englober plusieurs pensées qui pourront paraître morcelées, à l’image des phrases de Rilke.

Où j'habite installation technique mixte 2014 crédit photo : Arthur Lauters

La maison racine

« La maison est le contenant idéal de tous les souvenirs et en particulier de ceux de l’enfance »

Louise Bourgeois

Maison de l’enfance, le cocon, les racines que l’on transporte avec soi, liens intimes, jardin secret spatial reculé dans le temps .Des images comme une berceuse, reviennent en boucle, plutôt l’entourage de la maison, l’attachement au paysage, les racines, celle des arbres, du cèdre du Liban, du vieux chêne vétéran avec son trou à la hanche qui a vu passer des générations.

Un événement joua comme un déclic où j’ai véritablement pris conscience de l’importance de ces racines. Cette maison d’enfance n’appartenant plus à la famille, c’était un premier détachement douloureux, mais le plus pénible fut à venir : les nouveaux propriétaires ont coupé presque tous les arbres. Ce fut un choc pour moi que je ne soupçonnais pas…. J’ai réalisé que la disparition rend l’attachement plus fort …

J’ai grandi, ma maison est rétrécie

La maison, un besoin d’avoir un endroit pour se recentrer avant de repartir, repos avec soi, replis sur soi aussi. La taille ne compte pas une tanière fait l’affaire.Pourtant le rétrécissement de l’espace dans lequel je vie n’est pas une métaphore….

Où j’habite : perspectives sociales

A travers la maison il y a un souhait d’ancrage, mais aussi le désir de donner une visibilité d’une certaine réussite sociale de l’extérieur,

de l’ordre de l’ostentation.

Réflexion autour de ce besoin de se stabiliser, les failles du projet.

Où j'habite sérigraphie 40x30cm 2010

La maison peut être pensée comme l’exemple le plus tragique et, en même temps, le plus heureux de l’assimilation du temps à l’espace. « Conscience intime du temps » Minkowski

Où j'habite' sérigraphie 40x30cm 2010 Conversation Installation technique mixte 2015

Conversation autour d'une tasse de café,regard sur les bulles à la surface du café chaud ... Confusion ,entretenir le trouble de la perception, incident de tasse , débordement sur table basse et napperon en crochet noir ...

Tout s'éclaire installation technique mixte 2016

Maison I technique mixte sur toile 80 x 100 cm 2009

La maison "les maisons"

Celles que l'on croise de l'extérieur, maisons de lotissement cloonées, sensation étrange, perte de repère par la ressemblance, et en même temps dans chaque maison il doit se passer quelque chose...Malgrés une impression d'après midi tranquille à la campagne...

" Les miroirs de Venise ne sont jamais droits, ils ne renvoient jamais son image à qui les regarde, ce sont des miroirs inclinés qui obligent à regarder ailleurs." Les Météores Tournier

Posts Récents
Recherche pas Tags
 Suivre
  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icon
  • Pinterest Social Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now